WANDERING SOULS.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes   flood  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mebaël&Robyn - Un ciné, ça te dit ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Plus gentil qu'une âme, c'est moi

avatar

✄ NOMBRE DE CYCLES : 690
✄ A ATTERRIT : 11/04/2011
✄ MOOD : Espiègle


heart and soul
ϟ AGE : 18 ans
ϟ SOME FRIENDS : Vague-de-Saphir(Matt), Nate, Mebaël, Lucky, Caleb,
ϟ YOUR ROLE PLAY :
MessageSujet: Mebaël&Robyn - Un ciné, ça te dit ?    Dim 8 Avr - 19:08

Assit en tailleur devant l'entrée de la grotte, une casquette visée sur la tête et des lunettes de soleil posés sur le nez, j'attendais sagement le retour de Mebaël. L'humain chargé de garder l'entrée me regardait à peine, habitué à ce que j'attende les autres tel un chien fidèle. J'aimais et j'appréhendais à la fois le retour des raids. C'était toujours moi qui lançait la phrase de bon retour à la grotte car tout le monde me connaissait à l'intérieur, puis ça fait toujours plaisir de savoir qu'on est attendu quelque part dans ce monde fait d'incertitude. Les habitants de la grotte Sud étaient habitués à me voir courir un peu partout dans les tunnels, ayant toujours un sourire lumineux pour tout le monde. Depuis mon arrivée ici, je m'étais imposé comme mission de rendre les habitants de la grotte heureux, enfin autant que ce soit possible.

J'étais d'ailleurs tout fraichement responsable des divertissements. Cela avait été la promotion que j'avais eu en cadeau pour mes 18 ans. J'étais l'un des plus jeunes et malheureusement, j'étais aussi le moins doué pour tout ce qui était en rapport avec les raids. Ma maladresse et mon manque de discrétion ayant failli plusieurs fois m'être fatal. C'était simplement grâce à ma chance légendaire et mon apparence de pure innocence que des traqueurs arrivaient à passer devant moi, sans même me voir. Quoiqu'il en fut, désormais je restais quasi constamment dans la grotte sud. Cette situation qui me m'était à l'abri de tout danger n'était pas particulièrement pour me plaire car je me retrouvais seul avec l'angoisse de ne pas savoir si les personnes auxquels je tiens vont revenir ou pas. Et dès que quelqu'un se fait capturait, ça me brise toujours autant le cœur...

C'est bien pour cela que je traine dans les pattes de Nate, vu que lui aussi reste là à attendre que les blessés arrivent. Bien que ces derniers temps, il me met souvent à la porte. Il semble sombrer et ça m'inquiète. Nate a perdu beaucoup d'humanité durant ces deux derniers années... Alors aujourd'hui me retrouvant tout seul, Matt étant de corvée, j'avais passé ma journée à fouiner dans les affaires qu'avait rapporté le précédent raid. L'un des membres m'ayant dit qu'il avait trouvé quelque chose qui ferait ressurgir de bons souvenirs. C'est ainsi que je découvris une malle renfermé tout le matériel pour projeter des films avec plusieurs bobines de films. Je savais désormais que le cinéma reprenait ces droits dans notre monde. Sauf que moi et les installations techniques, ça fait deux. C'est ainsi que je me retrouva à attendre dehors, sous le soleil de plomb du désert.

Je me redressa, quand je vis le sable du désert se faire soulever au loin. Le mélange caractéristique d’inquiétude et d'impatience me submergea. Je croisais les doigts pour qu'ils reviennent tous sain et sauf. Sinon j'étais déjà près à partir chercher Nate. Un soupir de soulagement fut émis quand je vis Mebaël revenir, comme s'il ne faisait que revenir de faire les courses. Ce qui était à peu de chose près le cas, excepté le fait qu'on jouait au chat et à la souris en même temps. Tournant autour de lui, je l'inspectais dans les moindres détails pour voir s'il était opérationnel. Puis affichant un grand sourire, je l'attrapa par la main.

"Bon retour à la maison, Mebaël. "

Sans plus attendre, j'adressais un petit signe de main au autres membres du raid pour le faire comprendre que j'avais besoin de lui. J'avais la chance d'être apprécié par beaucoup ainsi ils me laissèrent amener Mebaël. Trottinant joyeusement en le tirant par la main, j'arpentais les tunnels. Un air malicieux peint sur le visage, je remis mes lunettes de soleil sur ma casquette coloré. Je regardais à droite à gauche pour être sur que personne ne nous voit, bien que je savais qu'on ne risquait pas de rencontrer grand monde vu que c'était l'heure des taches à accomplir pour la communauté. C'est ainsi qu'on entra dans la salle commun vide à part la malle que j'avais eu un mal fou à faire venir ici. Je me tourna alors vers Mebaël, mes yeux bleus pétillant de joie. J'avais beau être désormais majeur, je n'en restais pas moins toujours aussi innocent et enfantin.

" Tu devineras jamais ce que j'ai trouvé ! Alors deux indices: ça se regarde dans une salle obscure et on mange du pop corn devant... Alors, alors tu vois ce que c'est ? Et oui un film ! C'est pas génial ça ?! "

Lâchant la main de Mebaël, je m'accroupis devant la malle que je venais d'ouvrir et qui renfermait tout le nécessaire pour créer un cinéma dans la grotte. J'étais tel un gamin qui ouvrait son cadeau de noël, tout excité et volubile. Je sortie les quinze bobines de films que j'étalais devant moi avec soin faisant un arc de cercle devant moi.

"On choisit le film puis on monte tout ça ? Y'a le roi lion dedans mais je pense que je dois bien être le seul à encore aimer ce genre de dessin animé pour enfant..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODO ★ smell like teen spirit

avatar

✄ NOMBRE DE CYCLES : 1100
✄ A ATTERRIT : 23/04/2011
✄ MOOD : quiet


heart and soul
ϟ AGE : 24 ans
ϟ SOME FRIENDS :
ϟ YOUR ROLE PLAY :
MessageSujet: Re: Mebaël&Robyn - Un ciné, ça te dit ?    Mar 10 Avr - 15:29

Partir en raid me faisait toujours un effet fou ; je ne savais vraiment comment l'expliquer, d'ailleurs. Je sentais mes doigts trépigner d'impatience et s'engourdir au fur et à mesure que la vieille camionnette que nous utilisions se rapprochait de la ville. La ville, où toutes les lumières allumées faisaient penser que nous vivions bien reclus dans nos montagnes et notre désert, mais une ville qui nous avait été volée. Alors c'était à notre tour de voler ce dont nous avions besoin, ou plutôt nous nous servions comme toutes les âmes le faisaient, car elles n'utilisaient à priori pas de système de monnaie, comme j'avais pu en témoigner. Des frissons parcouraient parfois mon échine avant que je ne descende du véhicule, peut-être était-ce une onde de peur, mais toujours est-il que je me montrais toujours très vaillant et vigoureux dans mes gestes et actions. J'avais l'habitude, mais c'était là comme une habitude de jouer avec le feu, on risque à chaque fois de se faire brûler avec nos propres instruments. Parallèlement, à la longue nous devenions chaque fois meilleurs dans nos opérations, ce qui était une bonne chose. Le raid d'aujourd'hui ne différait pas des autres et c'était là encore une de ces actions fructueuses : nous avions ramené suffisamment de vivres pour tout le monde pour au moins deux semaines, voire trois, mais également des biens autres que ceux de première nécessité. Outre le matériel chirurgical dont je m'étais occupé à l'hôpital avec Caleb, les autres avaient réussi à récupérer des denrées qui feraient plaisir à tout le monde : du chocolat, du gel douche, de la mousse à raser et, pour les filles, de la cire dépilatoire. Ce n'était à première vue pas grand chose, mais dans un endroit aussi désertique et isolé, se sentir bien dans sa peau semblait primordial. Pour cela nous tentions d'échapper comme nous le pouvions à la solitude et à la morosité que nous inspiraient les murs de la grotte Sud.

Je faisais souvent des allers retours jusqu'à l'Espace Camp, là où je résidais dans les premiers jours de ma cavale avant de finalement regagner la Grotte Sud, qui s'avère mieux positionnée pour partir en raid. Mais pas ce soir, car ce soir je n'avais qu'une seule envie : rentrer et ne plus rien faire, simplement passer une soirée agréable. J'avais déjà vu trop d'âmes pour la journée, j'avais même mon quota pour plusieurs jours. C'est donc victorieux de cette collecte fructueuse et décidé à passer une soirée tranquille que je rentrais à la grotte, accueilli comme on ne peut l'être mieux par Robyn, qui paraissait attendre impatiemment notre retour. C'était toujours agréable de rentrer et de sentir que quelqu'un nous attend, et c'est cet esprit de fraternité qui nous aidait tous à tenir le coup. Nous étions les derniers humains, nous n'avions pas vraiment d'autre choix que de cohabiter ensemble, donc la bonne entente était vraiment quelque chose de précieux qu'il aurait été bête de ternir. J'esquissais un sourire à l'attention du blondinet qui me prit vivement par la main après m'avoir inspecté. Robyn m'avait toujours fait rire, il était bien loin de ressembler aux autres personnes de ce refuge, et même aux rescapés des autres grottes. Le jeune homme était toujours d'humeur joviale, à faire des blagues, à sourire même quand les circonstances ne s'y prêtent pas vraiment ; d'un autre côté il s'inquiétait tout le temps pour ses camarades, avait toujours un mot pour les réconforter et trouvait quasiment toujours une bonne idée pour se divertir. Sa compagnie et sa présence dans cette grotte était comme un don. En m'attrapant par la main, il me souhaita bon retour « à la maison ». Je le gratifiais d'un second sourire, sincère.

« Quel accueil ! Merci Robyn. »

Qu'il était agréable de rentrer et de ne pas être tout seul. Le jeune homme m'emmena dans les tunnels et nous les traversâmes en silence jusqu'à ce que l'on arrive à destination. Il m'avait conduit dans la salle commune, les lunettes de soleil ancrées sur ses yeux, la casquette colorée enfoncée sur la tête. Tandis que nous étions en train d'arriver, je ne pus m'empêcher de lui demander.

« Au fait, c'est pour quoi les lunettes de soleil et la casquette ? La luminosité de la grotte t'éblouit? »

Je laissais un léger rire s'échapper, amusé de voir que le blondinet se fichait totalement d'être à l'intérieur et de porter des lunettes de soleil, alors qu'il n'avait pas dû voir concrètement l'astre depuis plusieurs jours, étant donné qu'il n'avait pas beaucoup l'occasion de sortir. Bref, nous étions tous les deux dans la salle commune et mon regard s'arrêta rapidement sur la grosse malle qui gisait en plein milieu de la pièce. Que contenait-elle ? Je n'en avais pas la moindre idée, ce n'était pas moi qui l'avait ramenée lors des précédents raids et je n'avais pas été chargé de l'inventaire des raids depuis plusieurs mois maintenant. J'étais dans l'action, d'autres se chargeaient de décortiquer ce que nous avions pris et de le ranger pour en faire plus tard bon usage. De toute évidence, Robyn avait trouvé l'entrepôt et avait jugé bon de ramener cette malle dans la salle commune. Ses yeux pétillaient de malice, son visage enfantin resplendissait de joie ; s'en était presque émouvant à regarder. Après une petite devinette qui ne dura pas bien longtemps, le jeune homme ne me laissant quasiment pas le temps d'y répondre, il se trouvait que dans cette malle résidait le matériel nécessaire pour regarder un film. C'était un luxe que nous n'avions plus eu depuis longtemps !

« Génial ? Le mot est faible. Tu l'as montré aux autres ? »

Robyn sortit les bobines de films et les étala devant lui pour mieux choisir. Bien sûr, son choix se porta sur Le Roi Lion, et il prétendait qu'il devait encore être le seul à aimer ce genre de dessins animés pour enfant. Un rire m'échappa, et je m'approchais d'un peu plus prêt pour voir ce que contenait cette malle : une quinzaine de films, un projecteur et un écran blanc pliable (et pour la peine, plié). Parfait ! Nous allions avoir de quoi regarder des films. Bien sûr, quinze n'était pas un chiffre très grand, mais c'était toujours mieux que rien, et puis un peu de changement ne fait jamais de mal. C'était même bon de retrouver ce qui s'apparentait à notre ancienne humanité, un art dont les âmes sont désormais les seules à disposer.

« Avec grand plaisir ! Oh, tu vas rire mais je ne pense pas que tu sois le seul à aimer ce genre de dessins animés pour enfants, comme tu dis, personnellement cela fait des années que je n'ai pas vu Le Roi Lion et je pense que cela ne ferait de mal à personne de le revoir. »

Je pris ma voix de critique cinéma, snob et légèrement pincé comme si j'avais un balais là où vous pensez.

« Il faut admettre que c'est là un grand film d'une qualité rare. »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



« Le bonheur, c'est la permanence de l'éphémère. Seulement le mien est inaccessible. » ▬ Mebaël
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plus gentil qu'une âme, c'est moi

avatar

✄ NOMBRE DE CYCLES : 690
✄ A ATTERRIT : 11/04/2011
✄ MOOD : Espiègle


heart and soul
ϟ AGE : 18 ans
ϟ SOME FRIENDS : Vague-de-Saphir(Matt), Nate, Mebaël, Lucky, Caleb,
ϟ YOUR ROLE PLAY :
MessageSujet: Re: Mebaël&Robyn - Un ciné, ça te dit ?    Sam 14 Avr - 2:59

Sur le chemin qui nous mena jusque dans la salle commun, Mebaël me fit une remarque sur mes lunettes de soleil et ma casquette. Je me contenta de lui faire une grimace malicieuse avant de lui tirer la langue dans une attitude franchement enfantine. Je sortais tellement peu à l'extérieur que j'avais eu envie de ressortir mes jolies lunettes et ma casquette pleine de couleur pour me croire dehors, où il avait du soleil. Quoiqu'il en soit, c'était avec joie que je déballais les bobines, sautillant presque de joie de voir un film mais je me retiens en m'asseyant en tailleur par terre. Répondant à Mebaël, un grand sourire montant quasiment jusqu'aux oreilles, je chuchotais avec un petit air de conspirateur en enlevant mes lunettes de soleil pour accentuer l'effet: "Je l'ai montré à personne. C'est un secret entre toi et moi. Je veux que ce soit une surprise parce que j'aime les surprises et que cela ne pourrait que faire plaisir. Donc tout ceci se passe sous le seau du secret...."

J'avais vraiment hâte d'être à ce soir pour visionner un des films. J'étais responsable des divertissements et là, j'étais vraiment sur que ce serait un divertissement qui plairait à tout le monde. Enfin, ça dépendra du film aussi ... D'ailleurs ma remarque sur le fait que j'aimerai bien voir le Roi Loin, le fit rire me faisant afficher une petite moue boudeuse pensant qu'il se moquait gentiment de mes gouts cinématographique. Le film contre moi, je fronçais mon nez alors que je le suivais du regard tandis qu'il regardais ce qui restait dans cette grosse malle. J'avais d'ailleurs eu un mal fou à l'amener jusqu'ici mais je n'avais pas demandé à Saphir de m'aider voulant surtout lui faire la surprise. Une soirée cinéma en amoureux me semblait être une idée tout à fait merveilleuse.

Puis Mebaël me répondit avec enthousiasme que je ne suis pas le seul à apprécier. J'affichais un air tout étonné, très surpris que cela puisse faire plaisir à une autre personne que moi de voir un disney. Enfin, peut être que ça plaira aux gens de la grotte sud de retomber en enfance, me dis-je en penchant machinalement la tête, signe de ma réflexion intérieure. C'est ainsi que perdu dans ma petite pensée, je regardais tout surpris Mebaël en train de singé un critique de film coincé. Devant cette vision inhabituelle et plus que comique, je me mis à rire aux éclats tel un enfant, de mon rire claire et cristallin qui résonna dans la salle commun vide. Il n'y avait pas à dire j'aimais vraiment beaucoup Mebaël. Il était le grand frère gentil et marrant que tout petit frère rêverait d'avoir. Avec lui, je me m'amusais toujours car nous avions la capacité étonnante de détourner n'importe quel situation en moment de joie. Mes prunelles bleutés pétillantes de malice, je pris un air faussement sérieux l'imitant à la perfection.

"Je partage tout à fait votre avis, mon cher. Le message que véhicule ce film le fait entrer dans les quinze meilleurs films de l'histoire ! On ne peut qu'être sensible face à cette philosophie épicurienne, n'est-ce pas? "

Je termina ma tirade de manière très théâtrale, en remuant l'index comme pour appuyer chacune de mes paroles comme le faisait ma prof de littérature avant l'invasion des âmes. Puis reposant le film par terre, le sourire aux lèvres, je remontais mes manches. Prenant un air déterminé, j'attrapais l'écran blanc plié avant de me lever en m'époussetant les fesses.

"Bon, c'est pas tout mais faut tout mettre en place. Je pensais mettre l'écran sur le mur de droite et ainsi on met le projeteur sur l'étagère du mur de gauche pour pouvoir le brancher au générateur. Tu penses que ça ira si on fait ça ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mebaël&Robyn - Un ciné, ça te dit ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Mebaël&Robyn - Un ciné, ça te dit ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WANDERING SOULS. :: Out of town :: les grottes :: la grotte du sud :: salle commune-